Resumes des articles parus dans la presse allemande (2018)

Goodnews4 16.7.2018 (et Badisches Tagblatt 17.7.2018)

14 juillet

Les Amis de la Martinique et des Caraïbes célèbrent la fête nationale française - Conférence sur Gaston Monnerville

La communauté festive des "Amis de la Martinique et des Caraïbes"
lors de la réception du 14 Juillet à l'hôtel Bellevue. Photo: PR

 
Le 14 juillet, pour commémorer la fête nationale française, l'association des Amis de la Martinique et des Caraïbes dans le Bade-Wurtemberg e.V., avait convié, comme régulièrement depuis 2004, à une manifestation culturelle. Le thème de l'événement de cette année était Gaston Monnerville - 22 ans de présidence du Sénat.

Après avoir remis à chaque dame une rose, symbole de la Révolution française, et rappelé la devise de la République "Liberté, Égalité, Fraternité", à laquelle il ajouterait aussi "Tolérance", le président Serge Chéri-Zécoté a accueilli les invités à l'hôtel Kurpark-Residenz Bellevue, en particulier le Dr. Antoine Lang ainsi que Martina Boos de Rastatt, une admiratrice enthousiaste de la Martinique. Il apporta également les excuses de Madame la députée du Land Bea Böhlen et de Madame la Maire Margret Mergen.

Puis Robert Steinseufzer en allemand et Serge Chéri-Zécoté en français ont présenté la vie et la carrière de Gaston Monnerville. Gaston Monnerville (1897-1991) fut descendant d'esclave et fit des études brillantes à Paris qui le menèrent à la profession d'avocat. Il plaida notamment pour la fermeture du pénitencier de Cayenne. Franc-maçon, il milita activement contre le racisme et l'antisémitisme. Il devint député puis ministre. Dès 1946, il assura la présidence du Conseil de la République puis du Sénat, et ce jusqu'en 1968. A l'initiative de Gaston Monnerville, les cendres de Victor Schoelcher et Félix Eboué furent transférés au Panthéon en 1949.

Robert Badinter lui rendit l'hommage suivant : " Enfant de la République française, il se sentit tel d'autant plus intensément qu'il était né dans ce que l'on appelait les vieilles colonies, en Guyane, terre plus ignorée que choyée par la métropole. Mais l'enfant de Guyane avait appris que la République voulait que tous ses enfants soient libres, égaux et fraternels. "

Après la conférence, les invités ont savouré un moment de convivialité autour d'un traditionnel "Kaffee-Kuchen". Ils se réjouissent d'ores et déjà à la prochaine manifestation des Amis de la Martinique.

vers le haut


Badisches Tagblatt - 2 mai 2018

Trois opportunités pour planter deux arbres

L'association des Amis de la Martinique et des Caraïbes commémore l'abolition de l'esclavage

Au travail! (de gauche à droite): Serge Chéri-Zécoté, Gerhard Kesselhut, Joachim Knöpflel, et Antoine Ruck

 
Baden-Baden - Le 27 avril, il y a 170 ans, l'esclavage fut aboli dans les colonies françaises. L'association des "Amis de la Martinique et des Caraïbes dans le Bade-Wurtemberg" entreprit de commémorer cette date en procédant, avec le soutien du Gartenamt (administration des jardins de la ville), à la plantation de deux arbres dans les parcs de Baden-Baden: un premier marronnier à l'occasion du 15e anniversaire de l'association fondée en 2003, une second en l'honneur du 90e anniversaire de l'écrivain Édouard glissant (Martinique 1928 - Paris 2011).

C'est ainsi que, en ce jour symbolique, sur l'allée des châtaigniers près du château Solms et sous un soleil presque caribéen, le Président Serge chéri-Zécoté souhaita la bienvenue à de nombreux invités, en particulier le conseiller municipal M. Joachim Knöpfel, représentant Madame la maire de Baden-Baden, le président du cercle franco-allemand M. Gerhard Kesselhut, la vice-présidente de l'Assemblée des Français de l'Étranger et conseillère consulaire Mme Martine Schoeppner. Avant que M. Traugott Bräuninger, représentant du directeur du Gartenamt, eût commenté l'emplacement et l'essence choisis, Robert Steinseufzer rappela la vie et l'œuvre de Glissant, né en 1928 à la Martinique en tant que fils d'ouvrier de plantation descendant d'esclaves. L'oeuvre poétique de l'écrivain politiquement engagé l'a élevé au rang d'un des plus grands écrivains de la Francophonie et de la liberté.

Puis on procéda à la plantation proprement dite. Serge chéri-Zécoté et les personnalités invitées prirent la pelle et s'efforcèrent d'achever le travail préparé par le personnel du Gartenamt. Lors de la réception conviviale qui suivit au Park-Hôtel-Atlantic, l'association fut congratulée pour son 15e anniversaire, avant de trinquer à l'amitié qui unit les participants.

vers le haut


Presse 2018

Presse 2017

Presse 2016

Presse 2015

Presse 2014

Presse 2013

Presse 2012

Presse 2011

Presse 2010

Presse 2009

Presse 2008

Presse 2007

Presse 2006

Presse 2005

Presse 2004

Martinique

Geschichte

Als erster Europäer entdeckte Kolumbus Martinique 1502 auf seiner vierten Reise. Die Insel wurde 1635 von Frankreich kolonialisiert und blieb seitdem bis auf drei kurze Perioden fremder Besatzung in französischem Besitz. Am 23. Juni 1763 wurde Joséphine de Beauharnais, geb. Tascher, die spätere Gattin Napoleons in Trois-Ilets bei Fort de France auf Martinique geboren. Ihre Eltern betrieben dort eine Zuckerrohrplantage, die noch heute als Museum zu besichtigen ist. Auf dem Zentralplatz von Fort de France steht eine kleine Statue von Joséphine, allerdings ohne Kopf, da sie sich bei der Bevölkerung unbeliebt gemacht hatte wegen der erneuten Einführung der Sklaverei auf Martinique.

1902 brach der auf der Insel gelegene Vulkan Mont Pelée aus. Dies hatte 26.000 Tote zur Folge.

1946 wurde Martinique zu einem der französischen Überseedépartements (Départements d'Outre-Mer / DOM), die politisch als Teil des Mutterlandes gelten.

1982 wurde Martinique zur Region erhoben.